J'ai trouvé mon chemin

Nina

Nina est née à Trèves quelques jours avant la chute du mur de Berlin. Ses parents ont élu domicile en Rhénanie-Palatinat, où elle fait ses premiers pas. L'aînée d'une famille de trois enfants – deux petits frères rejoignent le domicile familial –, elle fréquente l'école primaire à Nittel, une localité longeant la Moselle, à une vingtaine de kilomètres au sud de Trèves. Elle poursuit à la Hauptschule à Wincheringen, autre localité mosellane située non loin de Saarburg. Elle rejoint ensuite la Berufsschule à Saarburg où elle termine ses études secondaires. Comme ses parents décident de se séparer, elle vient habiter chez sa mère au Grand-Duché.
Nina est consciente qu'à présent, les choses sérieuses commencent. « Il était temps de trouver un apprentissage », résume-t-elle son étape d'alors. Son objectif est de devenir éducatrice; or les écoles auxquelles elles s'adressent n'ont pas de place, de sorte qu'elle se retrouve bientôt sans occupation. A force de chercher, elle entre en contact avec la Maison des jeunes à Wasserbillig, laquelle appartient au réseau de la Croix-Rouge. Elle y croise une éducatrice, Simone, qui lui parle du Service volontaire d'orientation (SVO) et lui suggère de prendre contact avec le Service national de la jeunesse. Sur ce, Nina fait la démarche: les premiers contacts avec le SNJ sont positifs et elle participe à une première formation à Eisenborn. A ce moment-là, elle n'a pas la moindre idée de ce qu'elle pourrait faire plus tard.

Une bonne expérience

C'est donc un peu par hasard qu'à travers le SVO, elle se retrouve en octobre 2007 dans le secteur du tourisme, plus exactement à l'auberge de jeunesse de Remerschen, où elle accomplit divers travaux tels que faire le service pendant les repas, aider dans la cuisine, s'occuper de la réception ou répondre au téléphone. Non seulement ce travail lui plaît, mais elle demande aussi à travailler en parallèle pour le compte de la Maison des jeunes, bâtiment qui jouxte l'auberge de jeunesse. Elle y effectue aussi divers travaux, proposant son aide dans les activités d'animation de ce centre. Cette double occupation dure jusqu'en juin 2008.
« Le SVO m'a été très utile », constate Nina avec le recul, car il lui a permis de côtoyer pour la première fois le monde du travail. Elle participe à d'autres réunions de formation à Eisenborn, lors desquelles sont valorisés le travail en groupe et les échanges sur l'expérience acquise, tandis que des cours portent sur la façon de postuler un emploi. « J'ai tracé mon chemin à ce moment-là, car auparavant, je n'aurais jamais pensé que je pouvais travailler dans le secteur du tourisme. » Pendant son service volontaire, elle maintient le contact avec un superviseur du SNJ: ces rencontres régulières la confortent dans son parcours et l'encouragent à aller de l'avant.

Nouvelles perpsectives

Quand arrive le moment d'effectuer un apprentissage dans le secteur hôtelier et touristique, elle  bénéficie également de l'aide précieuse de l'éducatrice de la Maison des jeunes à Wasserbillig, qui la soutient dans ses efforts. Aussi parvient-elle à décrocher une place d'apprentie dans un hôtel à Trèves, ce qui la rend d'autant plus heureuse qu'il n'est « pas facile de trouver une place d'apprentissage en Allemagne ». Si elle choisit le côté allemand de la frontière, c'est parce qu'elle y a fait ses études et qu'elle ne maîtrise pas bien le français.
Elle est à présent dans sa deuxième année d'apprentissage. « J'ai trouvé mon chemin », se réjouit-elle, évoquant l'examen intermédiaire qui s'annonce pour avril 2010 et la fin de sa période d'apprentissage en juin 2011. Et une fois qu'elle aura passé ce cap, elle pourra s'investir complètement dans son nouveau métier, relève-t-elle avec le sourire.